Version audio : Dearlobbies. Puzzles – Saison 1, épisode 1. Soundcloud, 4 janvier 2019 (3:41) > Si vous ne disposez pas de compte Soundcloud, cliquez sur « Ecouter dans le navigateur »

 

L‘une de mes missions préférées, faire des annonces. Un œil rapide sur la cabine qui se remplit, une main sur ce que l’on appelle le PA (Public Announcement), j’attends le bon moment. J’adore faire des annonces. « Mesdames et Messieurs bonjour, au nom du commandant de bord et de tout son équipage, nous vous souhaitons la bienvenue à bord de ce vol easyJet à destination de Milan. Afin de faciliter l’embarquement nous vous remercions de bien vouloir vous diriger vers l’arrière de la cabine, laissant libre l’allée de tout bagage. Faites attention lors de l’ouverture des coffres car des objets pourraient en tomber. Nous vous souhaitons un très agréable vol en notre compagnie. » Prendre cette voix suave, jouer à la femme sûre d’elle, m’amuse. Ce n’est tellement pas moi, je joue un rôle, comme toujours d’ailleurs.

Août 2008

Quelques mois plus tôt, je terminais ma formation au métier de PNC (Personnel Navigant Commercial), appelée à l’époque CSS (Certificat de Sécurité et Sauvetage), et ce jour là, je suis enfin convoquée. C’est dans un hôtel luxueux près de l’aéroport Paris Charles de Gaulle que je vais passer mes toutes premières sélections d’hôtesse de l’air. J’ai vingt et un ans et je ne rêve que d’une chose : Air France. Et pourtant je suis ici pour un emploi chez easyJet, auquel j’ai postulé quelques jours auparavant, sans grande conviction. Leur site internet, très orange, trop orange, ne donne pas du tout envie. De toutes les manières, je ne compte pas y mettre un pied, être payée au SMIC, habillée en sac à patates pour passer l’aspirateur dans un avion, non merci ! C’est clair, je ne suis ici que pour m’entrainer aux sélections, car il faut bien le dire, le système de recrutement massif des compagnies aériennes est coriace et facilement déboussolant !

Nous sommes plus d’une centaine a être assis dans une grande salle à la moquette molletonnée, dans laquelle s’enfoncent mes talons, imaginez ma démarche. Face à nous, un « jury » aligné derrière une grande table, pas vraiment commode, qui nous explique d’emblée que seuls quelques-uns seront retenus ce jour. J’ai déjà comme l’envie de fuir, et ils en rajoutent ! « Si votre rêve est de voler sur long courrier, de faire des escales, vous ne trouverez pas ça ici, vous pouvez partir ! » Whaaat ? Bon, c’est décidé, je prends mon caractère explosif avec moi et on s’en va ! Sauf que je suis assise au troisième rang sur à peu près trente, coincée dans mon tailleur jupe et j’ai bien peur d’une de ne pas passer inaperçue en partant, de deux de trébucher en bon pierre richard sur la grosse moquette rouge, je finis par rester.

Les épreuves éliminatoires s’enchaînent, six ou sept au total, si mes souvenirs sont bons, et l’effectif se réduit au fur et à mesure du parcours. Me voilà par la force des choses convoquée pour l’entretien final en fin de journée. Je suis exténuée, mais pas stressée, le job ne me fait pas du tout rêver, cette étape n’est donc qu’une formalité.

Retrouver tous les puzzles ici. Et pour ne pas manquer le prochain épisode, abonnez-vous à la newsletter.
Commentaires :