Version audio : Dearlobbies. Puzzles – Saison 2 – Episode 1 > La pilule contraceptive. Soundcloud, 17 janvier 2019 (3:32) > Si vous ne disposez pas de compte Soundcloud, cliquez sur « Ecouter dans le navigateur »
2001

J‘avais à peine quatorze ans lorsque l’on m’a prescrit la pilule pour la première fois, cet âge auquel la perfection fait envie, si bien que l’idée même d’éviter la crise d’acné adolescente à laquelle nombre de visages familiers faisaient déjà face fût une évidence pour la jeune fille que j’étais. Dans mes souvenirs, j’avais peut-être bien les ailes du nez rougies pour je ne sais quelle raison, ce pourquoi je m’étais retrouvée là, en consultation face à cette dermatologue en qui ma mère et moi avions confiance et sur le bureau, mon ordonnance. Ce petit bout de papier, semble-t-il si anodin, cette décision « préventive », si hâtive et irréfléchie, conditionneront la moitié de ma vie. Une vie sous emprise, dont je ne me libère que maintenant – à 31 ans – en 2018 – après des années de combat et avec – c’est peu dire – un soulagement immense.

À ce moment, je ne me doute absolument pas que je m’apprête à prendre la pilule contraceptive, en pleine puberté, alors même que je ne connais pas encore mon corps. Ceci n’est pour moi qu’un médicament lambda, je ne fais aucune prise de sang, je ne sais absolument pas à quoi je m’expose, on ne me l’explique pas et de toute évidence, je n’ai aucune raison de me la faire prescrire, soit. Je suis encore beaucoup trop jeune pour avoir l’esprit critique, je fais totalement confiance au corps médical et pas une seule seconde l’idée ne me viendrait qu’un comprimé m’étant prescrit pour améliorer ma condition d’adolescente pourrait me faire du mal, bien au contraire. Je commence donc à prendre ma pilule à heure fixe, chaque jour, du haut de mes quatorze petites années.

2002

Je suis jeune, insouciante, férue de snowboard et de vitesse. Alors en vacances à la montagne avec ma famille, je décide de partir à l’aventure seule un matin pour « me faire » le glacier. Cela n’inquiète personne, mes frères et moi skions depuis petits et connaissons la station par cœur, s’évader est pour nous une habitude, nous savons à quelle heure rentrer et c’est le début des téléphones portables, j’ai donc mon tout nouveau 3310 bleu marine hyper beau gosse dans la poche au cas où. Il a un peu de mal avec le froid, mais ça va, il résiste bien le gros pépère, je m’entraîne même parfois à jouer à snake dans les œufs pour passer le temps !

Une vaste et grandiose piste m’attend, que du bonheur. Il fait plutôt beau et nous sommes au printemps, ce qui veut dire que le peu de fréquentation à cette période de l’année va me permettre de me faire un petit « tout schuss » de haut en bas sans avoir à slalomer entre les gens, ce qui me ralentirait, je trépigne d’impatience !

En quelques minutes, me voilà sortie du téléphérique, mes fixations parfaitement attachées, mon petit bonnet vissé sur ma tête, mon masque en place, mes moufles bien serrées, je me lance. Je vais si vite que je sens le vent traverser les mailles de mon pull noir, oui, mon pull noir, car vous savez, je suis au moment de ma vie où l’apparence prévaut sur tout le reste et là justement, je ressemble enfin à une snowboardeuse comme celles que je croise sur les pistes et à qui j’ai piqué le look.

Je me pavane, tant pis pour le froid !

Pour ne pas manquer le prochain épisode, abonnez-vous à la newsletterRetrouver tous les puzzles ici
Groupes Facebook : Arrêt de la pilule / contraception hormonales – Groupe de parole et d’entraide (féminin)Arrêt de la pilule / contraception hormonales – Groupe de parole et d’entraide (mixte)
IRL. La contraception – Kill pill – Trucs de Meufs. YouTube, le 5 octobre 2017 (4:56)
Roxane Nonque. Et si j’arrêtais la pilule ?, FemininBio, juin 2016

La sexologue Catherine Solano met en garde, dans Les trois cerveaux sexuels, contre l’impact qu’a une contraception hormonale précoce sur la découverte de la sexualité chez les jeunes filles. La pilule réduit en effet la testostérone dans le sang et les fluctuations naturelles de la libido et ‘personne ne réalise l’ampleur de cette difficulté qui se révèle généralement après des années, quand le manque de désir féminin pose problème dans le couple’. Pour Bérengère Arnal, l’utilisation de préservatifs suivie de la pose d’un dispositif intra-utérin en cuivre (disponible en format « short »), dès maturation de la vie sexuelle, est la meilleure solution pour que les jeunes filles puissent s’épanouir pleinement.

Catherine Solano. Les trois cerveaux sexuels. Robert Laffont, 2010. 384 p. (21 €)
La visualisation Amazon est utilisée car elle rend possible la lecture d’un extrait de l’ouvrage mis en avant. Je vous encourage néanmoins à faire vivre vos librairies de quartier, si les livres évoqués y sont disponibles. N’hésitez pas à utiliser l’outil librairiesindependantes.com afin de savoir où vous procurer les références mentionnées près de chez vous.
Commentaires :

Photographe : Eponine Satgé