Version audio : Dearlobbies. FOR #3 – Lasson, le mardi 26 février 2036. Soundcloud, le 27 janvier 2019 (3:28) > Si vous ne disposez pas de compte Soundcloud, cliquez sur « Ecouter dans le navigateur / Listen in browser »

 

I

l s’est assoupi. Les gouttes de sueur qui coulent de son front se mettent à ruisseler le long du canon, sur lequel le haut de son corps repose fébrilement. Lui, bancal sur sa chaise, elles, qui tournoient et glissent lentement sur le métal noir brûlant, captant au passage le soleil transformé en étincelles de lumière. Ces dernières donneraient presque à la situation un air romantique, artistique. Et pourtant. Cet AR-15 pourrait à lui seul détruire les organes et pulvériser les os de quiconque tenterait de s’en approcher. C’est d’ailleurs ce qui est une fois encore arrivé en décembre dernier, au grand dam de la collectivité.

Ou quand l’horreur se met à rassurer.

Pascal n’avait évidemment pas prévu de se retrouver ainsi exposé. Consciencieusement, il avait consulté le cadran solaire afin de s’abriter de ces faisceaux, jadis bénéfiques et recherchés, dont nous ne savons désormais plus nous protéger. Comme souvent, épuisé, il s’endormira profondément, si bien que même ses brûlures ne le réveilleront pas. Nous sommes en 2036 et les hausses des températures ont dépassé toutes les projections possibles. Les canicules de février, devenues monnaie courante depuis le début des années 2030, aggravent considérablement les famines actuellement en cours dans toute l’Europe.

La crise migratoire mondiale est telle que les communautés, véritables poches de résistance auto-suffisantes, et autrefois tournées vers l’entraide, n’ont plus d’autre choix que de protéger leurs cultures pour espérer survivre, en attendant des jours meilleurs.

Les nouvelles de l’extérieur, sporadiques, ne sont plus annoncées que par les à-coups criants émanant d’une petite radio calée entre ses pieds, vraisemblablement bricolée, et branchée à son chargeur solaire. La voix familière de la Cheffe de la communauté voisine le fera sursauter, entraînant avec elle le réveil des pulsations d’une énième migraine. Nous sommes en 2036 et internet a disparu sous les eaux. Nous sommes en 2036 et le pétrole n’est plus.

Nous sommes en 2036 et les ex-dirigeants ont à l’unanimité abandonné leurs peuples, au profit de bunkers et résidences autonomes surprotégées au large de la Nouvelle-Zélande et de l’Argentine.

La révolte gronde, on entend ici et là être évoquée la prospective d’une attaque, lorsque les mers se seront enfin calmées.

Avant de voter, pensez à jeter un coup d’œil aux ressources ci-après.
Aurélien Barrau. Ecologie et nouveau pacte avec le vivant. YouTube, le 12 septembre 2018 (12:34)
Julien Bisson. Le doigt sur la gâchette. Le 1, le mercredi 25 avril 2018

Le ‘fusil de l’Amérique’, selon les mots affectueux de la NRA, est un arme de destruction massive. Il est pourtant en vente légalement dans les armureries françaises. À condition d’avoir une licence de tir et un accord préfectoral, vous pouvez vous offrir, moyennant un SMIC, cette machine infernale. […] Alors qu’elle s’est dotée au fil des ans d’une panoplie législative parmi les plus strictes d’Europe, la France compte aujourd’hui entre quinze à vingt millions d’armes à feu en circulation sur son territoire.

Phane Montet. Dans 15 ans, Internet risque de mourir noyé à cause de la montée des eaux. Usbek & Rica, le 19 juillet 2018

Les résultats de l’étude des professeurs Carol et Paul Barford, ainsi que leur étudiant Ramakrishnan Durairajan, de l’université Madison dans le Wisconsin, sont formels : d’ici 15 ans, plus de 4 000 miles (soit environ 6 500 km) de câbles de fibre optique, plusieurs data centers et environ 1 100 centres de maintenance seront sous les eaux. Les villes les plus touchées seront New York, Seattle, Miami et Los Angeles, mais ces dégâts auront une répercussion sur tout le pays, voire sur le monde entier.

Retrouvez tous les récits « Fiction ou réalité » ici.
Commentaires :