Version audio : Dearlobbies. Puzzles – Saison 2 – Episode 2 > La pilule contraceptive. Soundcloud, le 26 janvier 2019 (4:38) > Si vous ne disposez pas de compte Soundcloud, cliquez sur « Ecouter dans le navigateur »

B

on, la température en avril n’est quand même pas exactement celle de janvier ou février, je vous rassure. Me voilà à faire de belles et longues courbes, ma moufle droite caresse la neige de temps à autres et je vais de plus en plus vite, l’adrénaline monte, mon dieu que c’est bon ! Que je suis heureuse d’avoir résisté aux premiers jours d’apprentissage, ceux ou je passais mon temps par terre, les genoux et les poignets en compote. Je maîtrise la glisse et je suis plutôt fière de moi !

Je me redresse un peu sonnée, une petite fille ramasse mon masque à quelques mètres et me le rapporte gentiment, sauf que je ne comprends rien, blanc total. J’ai beau réfléchir, je ne sais pas pourquoi je suis à terre, et dans la panique je tâte tout mon corps, je n’ai mal nulle part. Seulement plus ça va, moins j’arrive à sentir ma main droite, puis mon bras, ma jambe, ma joue. Ma vue se trouble, j’ai peur, très peur, il faut vite que je rentre à l’appartement pour m’allonger.

L’instant d’après je suis couchée, mais pas dans mon lit, je crois comprendre que je suis dans un hélicoptère, je ne vois quasiment plus rien, je suis complètement dans les vapes et je demande au médecin qui m’accompagne si je vais mourir. Il me répond que non, mais je ne le crois pas, il n’allait pas me répondre oui, tiens. Je sombre. J’ouvre à nouveau les yeux lorsque je me retrouve étendue sur une table entourée d’inconnus, on me perd à nouveau.

Quelques heures plus tard, je me réveille dans ma chambre d’hôpital, je n’ai jamais eu aussi mal à la tête et la personne qui partage ma chambre n’y aide vraiment pas, elle me raconte sa vie en boucle et oublie toutes les trente minutes ce qu’elle vient de me dire donc rebelote, la pauvre vieille. Je suis malade, j’ai des nausées à n’en plus finir. Il faut dire que je viens de me faire un joli traumatisme crânien. Fort heureusement, à part une relative appréhension du snowboard faute de souvenirs quant à ma chute, je n’en garderai aucune séquelle grave et rechausserai mes skis sans problème.

Cette année là, je commence à souffrir de violentes migraines. Tous les médecins s’accorderont sur le fait que celles-ci sont liées à cet accident et je dois dire que je n’ai pas un souvenir exact du moment où elles ont commencé, je n’ai d’ailleurs jamais cherché à comprendre le pourquoi du comment avant 2014, ce qui ne m’aide pas à y voir plus clair. Vous me voyez venir, ce qui me dérange c’est qu’ils n’aient pas cherché plus loin, et moi non plus d’ailleurs, c’était l’explication la plus évidente, la plus logique. Je suis désormais une migraineuse, voilà tout, nombre de gens vivent avec, et j’en ferai partie à vie.

2004

Après plusieurs heures de vol et une escale à Detroit, me voilà assise sur ma valise entourée de mes nouveaux camarades de classe, émerveillés par ce qui nous entoure. Nous commençons à faire timidement connaissance en attendant le shuttle qui nous déposera à l’école. L’air est chaud et humide, étouffant, comme je ne l’avais jamais encore ressenti. Ce nouvel environnement a une odeur particulière que je ne saurais vous décrire, un brin iodé, mélangé aux parfums forts des gens qui vont et viennent, aux fast food et pots d’échappements. Ça y est, j’y suis, j’ai tout juste 17 ans et je m’apprête à passer une année aux Etats Unis.

Pour ne pas manquer le prochain épisode, abonnez-vous à la newsletterRetrouver tous les puzzles ici
Groupes Facebook : Arrêt de la pilule / contraception hormonales – Groupe de parole et d’entraide (féminin)Arrêt de la pilule / contraception hormonales – Groupe de parole et d’entraide (mixte)
Marie Astier. Risques pour la santé et pour l’environnement, la pilule contraceptive en question. Reporterre, le 17 septembre 2017

Les hormones de la pilule — notamment l’éthinylestradiol — sont mille fois plus puissantes que le bisphénol A, que l’on a interdit dans les contenants alimentaires. Pourquoi décider qu’un perturbateur endocrinien comme le bisphénol A doit être interdit pour tout un chacun et considérer que des molécules encore plus puissantes ne posent aucun problème sur le corps des femmes ?

Sabrina Debusquat. J’arrête la pilule. J’ai Lu, 2018. 288 p. (7,20 €)
La visualisation Amazon est utilisée car elle rend possible la lecture d’un extrait de l’ouvrage mis en avant. Je vous encourage néanmoins à faire vivre vos librairies de quartier, si les livres évoqués y sont disponibles. N’hésitez pas à utiliser l’outil librairiesindependantes.com afin de savoir où vous procurer les références mentionnées près de chez vous.
Commentaires :

Photographe : Eponine Satgé