Elle se réveille en sursaut, le nez et les joues toutes froides.

Elle peine à sortir de son lit.

La voix dans la radio pirate grésille.

Bonjour à toutes et à tous, il est exactement 7h30 et c’est une journée extrêmement froide, accompagnée de chutes de neige en fin d’après-midi, que nous allons encore devoir affronter aujourd’hui ! Le mercure pourrait ensuite tomber sous les – 27 degrés et friser les records déjà atteints la semaine dernière, avant l’arrivée de l’air polaire plus tard dans la nuit. La région Grand-Est est particulièrement touchée par cette vague de températures glaciales et le plan ‘Grand Froid’ a été renforcé suite à la découverte de nouvelles victimes cette nuit. Les trois immeubles évacués dans le quartier de La colline Sainte-Croix – d’ores et déjà fragilisés par la canicule cet été – se sont effondrés au petit matin, et le bilan de la coupure générale d’électricité survenue ce dimanche en début de nuit dans le quartier de La Patrotte Metz-Nord s’alourdit d’heure en heure. Nous ne le rappellerons jamais assez, la sobriété énergétique ne doit plus être considérée comme une option, mais comme une obligation ! Des perturbations dans les transports et l’administration sont également à prévoir et le …

Angie, tout en écoutant le journal, décontenancée, privilégiée, enfile à la hâte ses sous-vêtements de ski, puis sa combinaison. Jamais elle n’aurait pensé l’utiliser dans ces circonstances, mais elle se sent chanceuse.

La vie continue, pour elle.

Son réveil n’a pas sonné, déréglé par les multiples coupures.

Elle met de l’eau à chauffer sur le gaz.

De l’autre côté du mur, il dort encore paisiblement, emmitouflé dans sa couette. 

Elle frappe à la porte, puis l’entrouvre légèrement. Il fait bien meilleur ici.

  • Tobias, lève-toi mon amour, nous partons pour l’école dans 30 minutes, et avec ce temps, nous devrions même partir un peu plus tôt, je doute que le tramway fonctionne aujourd’hui. Habille toi, je reviendrai vérifier que tu es bien couvert dans quelques minutes.

Elle dépose un baiser sur son front encore tout chaud.

Il reçoit le bisou avec tendresse.

Dehors, le temps est pour le moment sec et froid, mais le soleil brille. Après les Etats-Unis il y a presque deux ans, c’est au tour de l’Europe d’être plongée dans une vague de froid glacial sans précédent.

Allez, dépêche-toi mon garçon, je te prépare le petit-déjeuner.

Engourdi, il se redresse sur ses coudes, puis ses mains, et à demi-assis, s’étire tel un chat et rit. Il n’en revient pas. Il fixe sa commode du regard, tente de se concentrer afin de ne pas perdre une miette du rêve qu’il vient de faire – et qui s’évapore déjà – et dépose ses mains sur ses joues en riant à nouveau.

Il ne racontera certainement pas ce rêve à sa mère, qu’il agace déjà beaucoup trop à force de lui faire continuellement la leçon.

Depuis l’année dernière, les manifestations auxquelles prennent part de très jeunes enfants, collégiens et étudiants s’enchaînent. L’ampleur est impressionnante. C’est à ce moment-là, après s’être senti comme hypnotisé par le discours de Greta Thunberg, que lui et tous ses copains – privilégiés – ont décidé de se faire entendre et de tout changer, à commencer par les mauvaises habitudes de leurs parents.

Mais revenons à notre histoire.

Debout dans son pyjama molletonné, face à son miroir, il repeigne ses cheveux ébouriffés. Il se regarde tel un super-héros. Il est très fier de son cerveau. Comment a-t-il pu mélanger de la sorte ses cours de biologie et d’économie ? Dans son rêve, les très riches étaient apparentés aux cellules cancéreuses gourmandes d’un organisme déjà trop affaibli. Sauf que ces cellules, à la manière des personnages de Il était une fois la vie, étaient pourtant douées de conscience. Et pour autant, elles continuaient à grignoter chaque jour un peu plus le peu de réserves restantes du corps qu’elles habitaient, quitte à l’accompagner dans la mort. Étrange, non ?

Il aurait beaucoup aimé connaitre la fin de l’histoire, mais ne s’en rappelle plus.

Avant de sortir de sa chambre. Il griffonne quelques mots sur un cahier pour ne surtout rien oublier. Cela fera certainement bien rigoler ses copains.

Nous sommes au début de l’hiver 2020, et au cours des prochaines années et décennies, ces vagues de températures extrêmes seront de plus en plus fréquentes, inévitablement, entraînant avec elles de nouvelles problématiques de gestion des ressources.

Et si nous repensions – en conscience – notre rapport à l’électricité ?


Passer chez Enercoop, ça change quoi ?

Dans le cas où vous souhaiteriez passer chez Enercoop, bénéficiez de 20 € de réduction sur votre première facture avec le code : ENERCOOPINSTA.



L’électricité ayant pour particularité de ne pas pouvoir être stockée en grande quantité de façon économique pour l’instant, la quantité d’électricité produite et injectée dans le réseau doit être égale à tout moment à la quantité d’électricité consommée. Autrement, des déséquilibres locaux peuvent se créer et se propager au système électrique tout entier, aboutissant à des black-out généralisés qui seraient extrêmement perturbants et coûteux pour l’économie du pays.

Sécurité d’approvisionnement en électricité. Ministère de la Transition écologique et solidaire, le mardi 17 décembre 2019

Brut. Le discours de Greta Thunberg à la COP 24. YouTube, le 17 décembre 2018. (03:46)

Hervé Kempf. Comment les riches détruisent la planète. Point, 2014. 160 p. (7,50 €)


Découvrir les autres fictions.
Ce contenu est sponsorisé par Enercoop.
Pour toute question ou commentaire, merci de bien vouloir utiliser le formulaire du site.