Ce contenu n’est pas sponsorisé. Ce texte est traduisible dans toutes les langues grâce à l’option Google Traduction (en haut à droite sur l’écran depuis un ordinateur, tout en bas sur mobile).

Une légère brise tiède fait se balancer les lianes, qui semblent s’illuminer légèrement.
C’est quelque chose de très discret, à la manière du plancton phosphorescent qui réagit aux mouvements de l’eau, puis disparait.
Je me demande d’ailleurs si je n’ai pas rêvé.
Les sons environnants ressemblent à ceux de la jungle, accompagnés de sonorités aigües mais agréables, un peu comme les cloches des animaux se baladant dans la montagne en été.

J’ai du mal à comprendre où je me trouve.
Peut-être dans une forêt, mais différente.
Je suis entourée d’énergies que je n’avais jamais ressenties auparavant.
C’est un bonheur immense, saisissant, envoutant.

Je ne suis pas vraiment là physiquement, je m’y projette, je m’y balade, sans que l’on ne puisse m’apercevoir.
Je n’ai même pas besoin de fermer les yeux, ce type de projection m’est naturelle depuis petite, il suffit que j’accepte de m’y soumettre pour y plonger, comme s’il était évident pour moi de faire ces « voyages ».

J’aperçois de la lumière, nichée au creux d’un arbre majestueux, vraisemblablement centenaire.
Quelle beauté !
Les ondes et les parfums qui m’entourent sont si doux.
Je ne me l’explique pas.

J’entends murmurer.
Je me téléporte en haut de l’arbre, guidée par les rayons orangés.

Je suis absolument fascinée.
Ils parlent une langue que je ne comprends pas, mais que je comprends quand même.
Les sons ne me sont pas familiers, mais leur signification m’est transmise, je ne sais comment.

  • Papa, les femmes n’existaient pas, à l’époque ?
  • Bien sûr que si, mon fils, sinon, nous ne serions pas là.
  • Mais alors, pourquoi, nous ne parlons que des hommes, lorsque nous racontons l’histoire ?
  • Je te raconterai plus tard, mon fils, il est temps de dormir, le soleil se lève tôt en cette saison.

Le père caresse la joue de son fils, qui elle aussi, s’illumine discrètement.
Je m’avance.
Leur peau est bleue, et parsemée de tâches qui ressemblent à des étoiles.
Des taches de rousseur étoilées, c’est exactement ça.
Je suis émerveillée.
Leurs cheveux sont longs et tressés, avec des reflets argentés.
Le père se lève.
Il est si grand.

Il ressemble à un humain, sans vraiment ressembler à un humain.

  • Papa, s’il te plait, raconte-moi !
  • Que tu es têtu mon enfant !

Il rit et se rapproche.

  • Vois-tu, mon fils, il fut un temps éloigné où les humains vivaient dans le même monde, sans le vivre de la même manière. Les oppressions en tous genres invisibilisaient et détruisaient tout ce qui ne ressemblait pas à ce qu’ils avaient décidé d’appeler ‘la norme’.
  • Que s’est-il passé, papa ?
  • Et bien vois-tu, Rey’tuhak, ces humains étaient en fait bien moins évolués intellectuellement que ceux qu’ils appelaient ‘les animaux’.
  • Qu’appelles-tu ‘les animaux’ papa ?
  • Nos amis, mon fils.
  • Et ils ont disparu alors ?
  • Oui, mon fils.
  • Comment, papa ?
  • Petit, je les appelais les homo alienus, tant que je ne comprenais pas leur comportement. Puis, j’ai découvert ce qu’il s’est passé. Figure-toi qu’en empoisonnant l’entièreté de la planète, ils se sont petit à petit auto-empoisonnés, sans même s’en rendre compte. Seules leurs facultés cognitives en ont été témoin, en déclinant considérablement à partir des années 2025. Ce n’est pas la faute de tous, seulement de certains, qui pensaient détenir le monde.
  • Et c’est là, que nous sommes apparus ?
  • Pas immédiatement. La plupart sont morts, d’autres ont muté. C’est là que nous avons découvert les liens entre âme et ADN, via la physique quantique. Seuls les humains aux bonnes intentions et aux âmes pures ont muté, et ce sont tes ancêtres, mon enfant.

Les yeux du petit sont écarquillés.
Les miens aussi.
Je suis là, assise face à mon futur, à boire les paroles de cette si jolie créature, vraisemblablement inventée par mon imagination débordante.

Le père se redresse d’un coup.
Je ne bouge plus, pétrifiée.

  • Quelqu’un est ici, mon fils.

Un frisson parcourt tout mon corps.
Je n’ose même plus respirer.

Il ferme les yeux.
Sa longue tresse se met en mouvement, de manière très fluide, et se dirige vers moi tel un serpent.

Je suis paralysée par la peur.
Le bout de la tresse semble me caresser la joue.

Il sourit.

  • C’est une âme du passé, mon fils. Elle ne nous veut aucun mal, ne t’en fais pas. Allez, dors bien, mon petit amour.
  • Bonne nuit, mon papa adoré.

Le bisou qu’il lui dépose sur les cheveux illumine son front.
La feuille sur laquelle l’enfant est allongé le resserre, telle un cocon.

Le père s’approche de moi, hume mon aura avec attention, et murmure.

  • Femme du passé, écoute-moi. Le temps n’est pas linéaire, tout est encore possible.

Je panique.

Il ne me voit pas, mais me sent, c’est évident.
Sa tresse enlace mes cheveux, et me transmet une force absolument divine.

  • Tout est encore possible.

Mes yeux se brouillent.

Je secoue tout mon corps à la manière de certain.e.s athlètes à l’échauffement.
Me revoilà dans mon appartement parisien, en 2021.
Je fais craquer mon dos et bouge ma tête de droite à gauche pour m’étirer.

Je me parle à moi-même.
Décidément, Roxane, tes voyages sont de plus en plus réalistes.
J’ai même l’impression que mes cheveux sentent toujours ce doux parfum d’ailleurs, mais je dois certainement rêver.

Voir le post Instagram et ses commentaires.

La suite bientôt.

En attendant, rendez-vous en 2154 :


Pour toute question, merci de bien vouloir utiliser le formulaire du site.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.