C’est l’été

Ce contenu n’est pas sponsorisé.

Nous nous installons à la terrasse du café, du côté est de la place, encore exposé au soleil.

Il fait bien meilleur que cet après-midi, le temps est plus frais, et les rayons sont un véritable délice pour la peau, nous en profitons.

Vu le contexte, nous apprenons à savourer l’instant présent, c’est même devenu indispensable.

C’est l’été.

Un petit vent frais soulève mes cheveux, je ferme les yeux.

J’ai tout de même du mal à prendre du recul. J’essaie de faire bonne figure, mais je ne me sens pas très stable émotionnellement.

Une larme coule sur ma joue.

Il pose sa main sur la mienne, me regarde fixement, puis attrape mes joues et colle son front contre le mien, alors que je sanglote.

Je respire de manière saccadée.

  • Sois forte, ma chérie !

Il dépose un baiser sur mes lèvres et sèche mes larmes, en tamponnant affectueusement mes joues rougies à l’aide de son mouchoir.

Hier, des manifestants ont encore été arrêtés, et nous sommes sans nouvelles de mon meilleur ami. Plus les heures passent, plus je ne peux m’empêcher d’angoisser.

Mes mains tremblent.

Je respire un bon coup, et tente de me ressaisir.

Je regarde autour de nous.

Je ne me sens plus en sécurité.

Les nouvelles lois semblent être respectées, les groupes disséminés aux quatre coins de la place n’excèdent en effet pas les trois personnes.

Plutôt que de me focaliser sur ces libertés que nous perdons les unes après les autres, je décide d’apprécier le fait de pouvoir être installée ici au soleil quelques instants. Je m’accroche à ce qu’il nous reste encore, comme si je sentais que tout allait filer entre nos doigts sans que nous ne puissions rien faire.

Nos chaises sont toutes tournées vers le soleil couchant, nos yeux sont fermés. Nous rechargeons notre énergie.

Nous ne parlons pas.

L’ambiance n’est plus ce qu’elle était, tout est si calme.

Les rires ont disparu.

Les chants aussi.

La vie aussi.

De temps à autres, nous entendons des détonations, sans réellement savoir d’où elles viennent. 

Elles sont de plus en plus fréquentes.

Les oiseaux s’envolent apeurés, et reviennent de moins en moins nombreux.

Les lueurs orangées illuminent les façades vitrées des immeubles, dont j’observe attentivement les moulures et revêtements, comme si tout avait subitement gagné en intérêt.

  • Dépêchons-nous, l’heure du couvre-feu approche. Nous nous retrouverons demain matin et discuterons de la suite des opérations après une bonne nuit de sommeil. Nous devons nous organiser. Nous n’avons plus le choix.

Nous quittons notre camarade en espérant qu’il ne se fasse pas arrêter sur le chemin du retour, car nous le savons, nous sommes tous surveillés.

Je le serre fort dans mes bras, et je n’aime pas ça.

Nous sommes au début de l’été.

Nous sommes au début de l’été, en 1936, en Espagne.

Nous sommes au début de l’été 1936, et nous ne le savons pas encore, mais les répressions successives que nous subissons sont les prémisses de l’instauration de la dictature franquiste.

Trois mois.

Trois mois seulement, auront permis à Franco de prendre le pouvoir, entre juillet et septembre 1936.

Trois petits mois.


À mon grand-père.

À tous.tes celles et ceux qui se battent et luttent pour nos droits, et qui subissent des répressions de plus en plus violentes.

À notre liberté.

À notre vigilance.


Au terme d’une manifestation sévèrement réprimée, le ministre de l’intérieur a annoncé l’interpellation de 142 ‘individus ultra-violents’. C’est faux. Les éléments réunis par Mediapart montrent que les policiers ont procédé à des arrestations arbitraires dans un cortège pacifique.

Anntton Rouget. Gérald Darmanin a maquillé les chiffres des interpellations lors de la manifestation à Paris. Mediapart, le 13 décembre 2020

Pour toute question, merci de bien vouloir utiliser le formulaire du site.

Endométriose x CBD

Ce contenu n’est pas sponsorisé.

Le samedi 18 juillet dernier, j’apprenais avec soulagement (oui oui) et après plus de dix années de douleurs, que j’étais atteinte d’endométriose. J’ai évidemment pleuré, je ne vais pas vous mentir, mais je me suis surtout sentie soulagée, soulagée de savoir que mes crampes étaient bien réelles – et pas simplement présentes dans ma tête – et que mon investigation s’arrêtait enfin là, ouf. Alors oui, se savoir atteinte d’une maladie à vie est extrêmement stressant, d’autant plus qu’aucun traitement n’existe, mais d’un autre côté, je connais enfin le pourquoi du comment, je vais pouvoir respirer un bon coup, et ensuite, agir. Je précise que j’ai réclamé à mon médecin un diagnostic car je n’en pouvais plus. On m’a alors conseillé l’une des spécialistes en la matière, le Docteur Brigitte Martin, spécialiste en radiodiagnostic et imagerie médicale.

Voici ce que j’écrivais sur Instagram, ce fameux samedi :

Au début, j’ai eu envie de pleurer, mais j’ai retenu mes larmes, en attendant de pouvoir me retrouver chez moi pour tout lâcher, tranquillement (je suis toujours dans la salle d’attente). J’ai aussi ressenti une immense force, car un autre combat « s’offre » à moi (je préfère le prendre comme ça plutôt que de déprimer). J’aime le combat, il me nourrit. Je suis triste, mais aussi déterminée. Je me sens forte et courageuse. Et dans le même temps, ce diagnostic explique tellement de choses, il me soulage donc dans un sens, car j’ai désormais des réponses (et explications) à mes questions (et douleurs). Je sais enfin où j’en suis et où je vais (quoi que). Il n’y a pas de traitement, à part la pilule, qui n’en est d’ailleurs pas vraiment un. ET JAMAIS JE NE REPRENDRAI CETTE MERDE. Donc, je redeviens un cobaye après quelques temps de répit, et je trouverai des solutions alternatives. D’ailleurs, si des praticien.ne.s de santé spécialisés dans cette maladie me suivent, je serais ravie de tester vos traitements, et d’en parler si ceux-ci sont efficaces. Bref, je suis dans le coton là, et je crois que c’est normal, mais ça ira, j’en suis sûre.

Nous sommes désormais le mercredi 9 septembre, et j’ai volontairement attendu quelques temps avant d’écrire cet article, afin de réellement m’observer sur deux cycles et de vous faire des retours.

Avant toute chose, je me dois de préciser que je ne suis pas médecin, et que tout ce qui est inscrit ici relève de ma propre expérience. Merci de ne pas m’envoyer de questions, et de contacter un.e praticien.n.e de santé avant toute démarche. Je ne suis absolument pas habilitée – ni compétente – à vous donner des conseils, je ne le ferai donc pas.

Il faut bien séparer l’endométriose des douleurs post et pré menstruelles pour la simple et bonne raison que l’endométriose est une maladie. Les marques de cosmétique et de CBD ne peuvent légalement pas se positionner sur des sujets médicaux, même si les client.es rapportent des améliorations. Il n’y a cependant rien de magique, nous avons tous.tes des systèmes endocannabinoïdes différents. Nous réagissons donc de manière différente, il ne faut pas s’attendre à une disparition des douleurs en un claquement de doigts. Il faut voir le CBD comme une aide dans un ensemble de solutions.

Laure Bouguen, fondatrice de HO KARAN

Parlons donc de CBD, et de son effet sur la douleur. J’ai contacté plusieurs marques sur Instagram, et certaines m’ont proposé de m’envoyer des produits à tester. Voici donc tout simplement mes notes :

Mardi 21 juillet : Crampes liées aux SPM. Je teste l’Huile au Cannabidiol – Full Spectrum Prenium – 20% CBD de la marque CBD CORNER. Je prends 5 gouttes et les crampes s’arrêtent. Parfois les crampes passent d’elles-mêmes, je ne sais donc pas si cela est dû au CBD ou pas. PS : La boutique est située au 9 rue Tiquetonne, 75002 PARIS et son personnel vous reçoit sur RDV pour conseils spécialisés. Ils ne vendent que les huiles, pas de fleurs.

Jeudi 23 juillet : Premier jour de règles. Je teste le massage sur le ventre avec le Baume CBD 1% de la marque ARPA. L’odeur me rappelle celle des Kinder Suprise de mon enfance – ahhh la mémoire sensorielle – alors que cela n’a strictement rien à voir. Je me masse le bas ventre et la région du coccyx juste avant de dormir. Je fume également un demi-joint de fleur de CBD de chez Le Chanvrier Français, mais je n’apprécie pas plus que ça (je ne suis pas fumeuse à la base). Je m’endors avec ma poche YOKOOL (checkez ce qu’est le bain dérivatif, c’est très apaisant pour ce type de douleurs).

Vendredi 24 juillet : Jour 2. J’ai super mal dormi. MAIS ! Zéro douleur malgré des règles très abondantes ! Zéro !!! C’est assez hallucinant. Je pars sur une dose moins forte de CBD pour tester. Je teste donc l’Huile chanvre CBD – Full spectrum – 15% vendue par Le Chanvrier Français. Retour des douleurs vers 12h15. Je reprends quelques gouttes d’huile, elles passent. Retour des douleurs vers 19h, je reprends de l’huile, elles passent à nouveau. J’ai quelques douleurs dans la soirée, je me fais un lait avec des fleurs (0,25 grammes de COOKIE KUSH et 25cl de lait de coco avec sucre de coco et vanille) et c’est très bon. Je suis complètement KO de base donc je ne saurai pas vous dire si ça me détend ou pas.

Samedi 25 juillet : Jour 3. Nuit difficile bis (je ne dors pas bien de base). Je me réveille en pleine nuit car mes douleurs me lancent dans mes jambes, je reprends quelques gouttes, je me masse avec de l’huile de noisette et de l’huile essentielle d’estragon, je me badigeonne les jambes de gel au Menthol – hyper frais et agréable – envoyé par Le Lab du Bohneur et je retourne dormir. On verra. Je n’ai pas encore essayé l’huile sur les tampons (oui, je dois mettre des tampons en plus des culottes de règles, et j’ai un stérilet donc pas de cup, coucou la police des écolos) car je ne me rappelle pas de la « posologie » et je ne veux pas faire n’importe quoi.

Dimanche 26 juillet : Jour 4. Je prends l’huile (toujours celle du Chanvrier Français) régulièrement, zéro douleur. Un peu hallucinant tout de même.

Lundi 27 juillet : Jour 5. Idem, et toujours zéro douleur.

Voici pour le premier cycle. Les résultats sont donc assez dingues car mes douleurs ont quasiment totalement disparu. Cela faisait des années que je n’avais pas eu un cycle aussi peu douloureux. Attention ! Je re-précise que cet article n’est pas sponsorisé et qu’aucun lien n’est affilié, je vous raconte simplement mon vécu, en toute objectivité. Mais oui, c’est assez hallucinant.

Dimanche 23 août : SPM / Jour 1. Crampes de SPM calmées par l’Huile CBD 10% pure de la marque ARPA. Plus grosses crampes en milieu de journée, pas calmées par l’huile. Je teste donc L’antidote de la marque HO KARAN sur un tampon, pas tellement d’effet non plus. Je repasse à l’Huile au Cannabidiol – Full Spectrum Prenium – 20% CBD de la marque CBD CORNER, les crampes sont toujours là. Je ne comprends pas pourquoi ça fonctionnait si bien lors du précédent cycle, et beaucoup moins cette fois-ci. Je précise que cela me soulage quand même, mais je m’attendais à ce que les douleurs disparaissent totalement (on s’habitue vite au confort hein). Puisque j’ai mal, je teste l’infusion Relaxation du Lab du Bonheur qui est très bonne, même sans sucre. 16h07 (oui, exactement haha), je me masse le ventre et la région du coccyx avec le Baume CBD 1% de la marque ARPA qui sent toujours le Kinder Surprise, petite sensation de chaleur agréable. Sensation générale de mieux, mais crampes toujours présentes. 16h47, ça va mieux mais mes crampes sont toujours présentes et irradient dans le dos. C’est tout de même supportable sans médicament.

Je vous épargne le reste de mon cycle qui sera compliqué, bien que moins douloureux qu’habituellement.

En plus de ces vidéos, je vous invite à consulter les IGTV de la marque ARPA pour plus d’informations.

Conclusion : Ceci étant dit, et c’est important. Lorsque j’ai appris pour l’endométriose, j’ai fait TRES attention à mon alimentation (anti-inflammatoire), et puisque que je n’avais quasiment plus de douleurs, j’ai fait N’IMPORTE QUOI (vin, pain, fromage, etc.) le cycle suivant. Je suis persuadée que la prise en charge de cette maladie doit être globale, et que le CBD n’est qu’une aide d’appoint, qui en complément, fonctionne très bien dans mon cas. Je précise également que mes douleurs hors du cycle (et oui, on n’est jamais tranquille), sont aisément calmées par Huile CBD 10% pure de la marque ARPA.

Parlons maintenant réductions, car on va pas se mentir, c’est CHER !

  • La marque HO KARAN vous offre 15% de réduction avec le code Dearlobbies (non affilié) du 9 au 30 septembre 2020 ;
  • La marque ARPA vous offre 20% de réduction avec le code Dearlobbies (non affilié) du 9 au 20 septembre 2020 ;
  • La marque Le Lab du Bonheur vous offre (taux à confirmer) de réduction avec le code DEARLOBBIES (non affilié) valable jusqu’à la fin de l’année ;
  • La marque CBD CORNER vous offre 20% de réduction avec le code mycbd (non affilié) valable indéfiniment.

Les autres marques que je recommande, qui m’ont proposé de tester leur produits sont : Le Chanvrier Français / Fresh Body Green Mind / SLOW.

Si vous avez le temps, n’hésitez pas à participer à l’enquête EndoFrance : « Soulagement de la douleur des règles. Nous vous proposons de répondre à une enquête menée par le groupe de travail au sein de l’association Espoir (Im)patient, en partenariat avec EndoFrance. L’objectif de cette initiative citoyenne est de récolter des données sur les méthodes alternatives dans la gestion des douleurs pelviennes. »

Aller plus loin : EndoFrance publie les résultats d’une grande enquête portant sur le parcours et la vie des femmes souffrant d’endométriose, réalisée en partenariat avec le laboratoire Gedeon Richter et Ipsos.


Pour toute question, merci de bien vouloir utiliser le formulaire du site.

Concours x Hopaal

Ce concours n’est pas sponsorisé.

Dimanche 6 septembre 2020. J’ai mille et une choses à faire, comme d’habitude. Mais cette fois-ci, la période est particulièrement chargée, j’ai de nombreux projets en cours, et tous sont sur le point d’aboutir, je suis donc à la fois stressée et excitée, ce qui me cause une espèce de tachycardie latente que je vais tenter de calmer en allant m’enfermer à la salle pour courir. Je suis en flux tendu et j’aime ça, je crois que je me sens vivante, et dans le même temps, j’ai hâte de pouvoir me reposer. Ma vie ressemble justement aux battements de mon coeur (espèce de poète), elle n’est jamais constance, et c’est justement ça, mon équilibre, les hauts, les bas, les périodes chargées et les moments de vide, qui permettent enfin à mon esprit de s’évader encore et encore. La vie. La vie paradoxale. La vie imparfaite. La vie imprévisible. La vie.

Ce matin, alors que je travaillais sur ma newsletter, je me disais qu’un concours ne serait pas de trop. Mais Roxane, qui vas-tu contacter un dimanche ? Mais Clément, tiens !!! Clément qui d’ailleurs – entre deux sessions de surf à Biarritz – s’inquiète de mon manque de contact avec la nature lorsque je lui explique que je fais moi aussi du sport – mais pas en slip de bain contrairement à lui – et à qui je réponds pour le rassurer, que je croise des pigeons tous les jours à Paris. Les pigeons, les mal-aimés de la capitale, qui pourtant nous côtoient sans broncher, horribles créatures que nous sommes (j’abuse). Je travaille aussi face à un pot de basilic tiens, et à un cactus qui n’a pas survécu à la canicule de cette année. Tristesse. Bref.

Qui est donc Clément ? Si vous tapez Clément Maulavé sur un moteur de recherche, vous tomberez sur des dizaines de vidéos de lui vous expliquant son (ses) projet avec Hopaal, marque de vêtements recyclés dont il est le co-fondateur. Mais Clément, au delà de ses qualités professionnelles, est surtout un chouette humain (mon compliment préféré) rencontré il y a quelques années maintenant, dont les valeurs me parlent et avec qui j’ai toujours plaisir à échanger lorsque nous ne sommes pas tous les deux overbookés. Il y a des gens comme ça avec qui l’on se connecte aisément, car leur fond est assurément bon, et qu’il transparaît sans difficulté via ce côté solaire inné dont les opportunistes sont dépourvus, vous savez.

Ce matin, on a rigolé, car il ne sait pas faire des messages vocaux sur Instagram, mais surtout, on a décidé de vous offrir en avant première un Pull du Futur (nouvelle version), dont la nouvelle campagne de précommande débute ce mardi 8 septembre (coïncidence fortuite).

Le Pull du Futur est confectionné à partir de fibres issues de chutes de production en laine mérinos. Ces fibres – appelées freintes – sont récupérées – auprès de filatures européennes et transformées en un fil 100% recyclé. Aucune ressource vierge n’est piochée dans les réserves de la planète pour réaliser ce pull. Le Pull du Futur est ainsi tricoté, découpé et confectionné à la Regrippière, à moins de 40 km de Nantes, dans un atelier qui défend depuis plus de 70 ans un savoir-faire français traditionnel et artisanal, qui permet de soutenir l’économie locale, et avec lequel Hopaal a donc décidé de travailler pour la deuxième année consécutive.

La laine mérinos est de manière unanime l’une des meilleures fibres naturelles que la nature puisse offrir. Pour commencer, la laine mérinos ne gratte pas car elle est trois fois plus fine qu’un cheveu, et plus la laine est fine : moins elle gratte. Cette laine est donc douce et peut être portée à même la peau. Excellent régulateur de température, la laine mérinos tient chaud quand il fait froid et maintient au frais quand il fait chaud (cool pour le changement climatique hein). Avec une laine aussi polyvalente, le Pull du Futur se porte en toute saison. La laine mérinos possède également des propriétés anti-bactériennes qui neutralisent les odeurs et évacuent l’humidité. Il n’y a ainsi quasiment pas besoin de le laver, l’aérer quelques heures à l’air libre suffit pour faire disparaître les odeurs. Enfin, la laine mérinos est une fibre naturelle, recyclable et biodégradable.

Le.a gagnant.e pourra évidemment choisir son modèle et sa taille. Neuf coloris sont disponibles. La collection sera visible sur le site Hopaal dès ce mardi 8 septembre.

Retrouvez Hopaal sur Instagram.

Ce concours est désormais terminé. La gagnante est Julie Brugel. Félicitations !

Si vous souhaitez commander chez Hopaal et bénéficier des frais de ports gratuits, entrez le code DEARLOBBIES (non affilié) au moment de votre commande.


Pour toute question, merci de bien vouloir utiliser le formulaire du site.