Imaginez le Paris d’après-guerre.

Imaginez ce Paris en souffrance, qui se réveille, doucement.

Nous sommes en 1921.

Alors que vous marchiez l’esprit rêveur depuis Notre-Dame, un étrange bloc de béton surgit au loin, de l’autre côté du Pont de Tolbiac, face aux entrepôts de Bercy. Ce bâtiment flambant neuf, haut à vue d’œil de cinq ou six étages, vient en fait d’être construit par La Compagne Ferroviaire de Paris-Orléans afin de permettre l’approvisionnement des Halles centrales en produits frais.

La gare Frigorifique de Paris-Ivry est née.

Étonnant, ce bâtiment du 91 quai de la Gare.

Fasciné·e, vous observez le ballet des trains de marchandises qui à peine arrivés sont comme engloutis par ce réfrigérateur géant. À l’intérieur, ils seront pris en charge par des rails et téléphériques fixés aux plafonds.

En vous approchant, vous distinguez nettement en grandes lettres blanches sur bandeau noir les inscriptions « GARE FRIGORIFIQUE DE PARIS-IVRY P.O » à la ligne « Cie DE TRANSPORTS FRIGORIFIQUES » accrochées à la façade jaunâtre austère et sans fenêtre.

Le va et vient des wagons devant ce rectangle recrachant toutes sortes de vapeurs par sa cheminée fumante vous intrigue de plus en plus. Vous avancez.

Soudain, un personnage au visage inhumain et au corps épais vous coupe dans votre élan de curiosité : « Le bonhomme CTF vous invite à faire le tour du propriétaire ».

[…]

Cette histoire évoluera chaque semaine.
Une version audio sera disponible chaque fin de semaine en bas de page, une fois l’histoire terminée. 
Source : les-frigos.com. Avant [07/01/2019]
Tenue : Baskets VEJA disponibles chez Dressing Responsable et Klow / Coiffure : Biobela
Photographe : Eponine Satgé

 

Pour toute question, merci de bien vouloir utiliser le formulaire du site.